SACD



Qu’est-ce que la culture ?
« L’ensemble des connaissances acquises qui permettent de développer le sens critique, le goût, le jugement » dit le petit Robert.
Ce site permet de confronter les idées des différents candidats, de débattre du programme culturel, de s’exprimer sur ce sujet essentiel.
Il n’y a pas de démocratie sans culture. Il n’y a pas de culture démocratique sans une véritable volonté politique au plus haut niveau.

Sophie Deschamps - Présidente de la SACD


 
Sondages
Faut-il réformer la politique du spectacle vivant ?
Oui
Non


Résultats

Voir tous les sondages


Edito

Les sujets:


Accéder aux Forums




Entretiens


chat d'Aurelie Filipetti, chargee de mission de Segolene Royal a la culture.


Question posée par pascalio : A quand un vrai discours sur les questions de la culture de la part de Ségolene Royal ?
Aurélie Filippetti : Il y a déjà eu des propositions sur la culture pour protéger et défendre les auteurs et pour favoriser l'accès de tous dans tous les quartiers, dans tous les territoires aux créations et aux pratiques culturelles. Ségolène a rencontré les gens du théâtre, du cinéma, de l'édition, et elle va au cours du mois de mars, faire une grande réunion sur la culture à Nantes le 26, qui sera l'occasion d'approfondir tous les points du Pacte présidentiel pour la culture. Mars sera placé sous le signe de la culture. Lundi 12, la rencontre avec les soutiens de la société civile lui donnera l'occasion de rappeler qu'elle est attachée au statut des intermittents, à la défense du cinéma français dans sa diversité et à l'art vivant. L'éducation artistique, je le rappelle, est une des priorités de son programme pour l'éducation. Le bilan de la droite en matière culturelle est catastrophique : le patrimoine a été laissé en friche, et la création, comme l'a rappelé Pascale Ferrand lors du discours des César, n'a pas le soutien qu'elle mérite de la part des pouvoirs publics. Pour Ségolène Royal, une femme de gauche, la culture est un pilier de l'émancipation de l'individu.

Question posée par evergreen : Pourquoi n'enseigne-t-on pas la culture française dans le primaire ? Je crois que cela devrait être évident de le faire, pour beaucoup de raisons. C'est affligeant de voir que notre pays perd peu à peu son identité (fondatrice) face à des valeurs dangereuses, instaurées par la droite, comme « souffrance » à la place de travail, « individualisme (absurde) » à la place de « apport personnel au bien commun », etc. Ces choses là sont invisibles mais fatales à long terme. Il ne faut pas « enfermer » les individus!!! Quand le monde change, l'opinion commune ne s'en rend pas compte. Une société prospère se construit sur l'humain, sur le « social » juste entre autre.
Aurélie Filippetti : La culture au sens large est enseignée à l'école. Mais ce sont les pratiques artistiques qui ont été sabordées par le gouvernement sortant.
Je ne pense pas que notre pays perde son identité, mais je pense que la précarité croissante de pan entier de la population est un drame individuel mais aussi un gâchis collectif.
La société que propose Ségolène, c'est la république du respect. C'est aussi une société plus juste car il ne peut y avoir de dynamisme économique si une partie des gens sont dans la misère.
Le rôle important du dialogue social dans la vie économique, Ségolène est la seule à en parler.

Question posée par CHRISTOPHE31 :Que pouvez-vous répondre à la réalisatrice Pascale Ferran, à son beau discours lors de la cérémonie des Césars, et plus largement aux artistes qui souhaiteraient que la culture soit beaucoup plus présente dans la campagne ?
Aurélie Filippetti : Je voudrais dire que le film est magnifique et que j'ai beaucoup apprécié le discours de Pascale Ferran. La culture est un pilier essentiel de la politique de gauche qui sera mise en place par Ségolène Royal.
La semaine dernière, après avoir rencontré des réalisateurs, des producteurs de cinéma, des comédiens, elle a rappelé combien elle était attachée à la défense de la création française, combien elle trouvait dommageable la frilosité de certains circuits de financement qui ont rendu difficile le bouclage du budget du film de Pascale Ferran, comme celui de « L'esquive » il y a 3 ans.

Question posée par JCQue prévoyez-vous pour le statut de l'intermittence ?
Aurélie Filippetti : Les négociations entre partenaires sociaux n'ont pas abouties parce qu'ils n'avaient pas confiance dans un arbitrage juste du gouvernement.
Il faudra lancer une nouvelle négociation collective pour un système pérenne et juste ancré au cœur de la solidarité interprofessionnelle. Il faut revenir aux 507 heures en 12 mois avec date anniversaire. Mais il faut aussi des incitations fortes pour que les entreprises culturelles et audiovisuelles changent nombre de contrats d'intermittent en CDI. Nous sommes attachés à l'application du code du travail sur la présomption du salariat.

Question : Bonsoir Aurélie. Pouvez-vous apporter des précisions sur la politique qui pourrait être menée en cas de victoire de Ségolène à l'égard du secteur de l'Education populaire. MJC etc
Aurélie Filippetti : L'éducation populaire est au cœur de la gauche depuis Léo Lagrange. C'est grâce aux MJC que beaucoup de nos concitoyens (moi y comprise) ont pu avoir accès au cinéma, au théâtre et la culture en général.
Dans le cadre de la priorité que nous voulons donner à l'accès à la culture pour tous, l'éducation populaire est bien sûr une priorité.

Question posée par franfran : comptez vous démocratiser la culture en particulier la danse, l'opéra, la grande musique. Comment les jeunes pourraient ils s'y interesser alors que cela leur est inaccessible
Aurélie Filippetti : C'est de la maternelle à l'université que l'on doit permettre aux jeunes d'avoir accès au spectacle vivant, mais aussi aux pratiques.
C'est par l'éducation artistique aujourd'hui que l'on fait naître les publics de demain.
Les institutions culturelles doivent donc, dans leur cahier des charges, comme beaucoup le font d'ailleurs, avoir la diversité des publics comme horizon.

Question posée par Glamorama :Si l'idée de résidence dans les établissements scolaires semble une bonne idée pour aider et soutenir le spectacle vivant et les pratiques artistiques en général, cette proposition me semble un peu maigre pour parler de culture. En dehors d'une promesse (déjà faite, jamais tenue) d'un budget de 1% du budget de l'Etat à la culture, quelles sont les mesures concrètes et les directions pour poursuivre l'accession à la culture pour le plus grand nombre qu'envisage Mme Royal ? merci
Aurélie Filippetti : Il faut homogénéiser l'accès à la culture sur le territoire en travaillant avec les collectivités locales. Je veux souligner l'importance des médiathèques, des bibliothèques et des librairies de quartier, pour lesquelles d'ailleurs Ségolène Royal annoncera des mesures lors de sa visite au Salon du Livre.

[Lire la suite]

Source : http://www.desirsdavenir.org/