SACD



Qu’est-ce que la culture ?
« L’ensemble des connaissances acquises qui permettent de développer le sens critique, le goût, le jugement » dit le petit Robert.
Ce site permet de confronter les idées des différents candidats, de débattre du programme culturel, de s’exprimer sur ce sujet essentiel.
Il n’y a pas de démocratie sans culture. Il n’y a pas de culture démocratique sans une véritable volonté politique au plus haut niveau.

Sophie Deschamps - Présidente de la SACD


 
Sondages
Faut-il réformer la politique du spectacle vivant ?
Oui
Non


Résultats

Voir tous les sondages


Edito

Les sujets:


Accéder aux Forums


Gérard Schivardi

 








Gérard Schivardi est né en 1950 à Narbonne. Il est marié et père de deux enfants.

Il est maître artisan maçon depuis 1970, toujours en activité. De 1973 à 1988 il président le syndicat des maçons de l’Aude. En 1975 il entre au Parti socialiste. Il y restera jusqu’en 2003. Depuis il n’est membre d’aucun parti politique.

En 1989, il devient conseiller municipal de Mailhac puis 2 ème adjoint en 1995. Il est élu maire de Mailhac en 2001

Le 13 février 2002 il fonde à La Caunette ( Hérault) avec des élus du Minervois « le comité de défense des communes et des services publics » dans le Minervois .

Ce comité lance une « lettre aux maires et conseiller municipaux de France pour défendre les 36 000 communes et pour l’abrogation des lois imposant le regroupement forcé des communes et détruisent les structures de libre coopération intercommunale »

En Juillet 2003 il est élu Conseiller général du Canton de Ginestas « pour défendre les communes face à l’intercommunalité forcée et pour défendre les services publics »

Le 4 avril 2004, il lance avec des maires et des militants de toutes tendances dont Aimé Savy maire adjoint MRC, Daniel Gluckstein secrétaire national du Parti des travailleurs , des élus militants du PCF et  du PS une « conférence nationale de défense des communes et des services publics »

Cette conférence réunie le 16 octobre 2004 à Ivry appellera à une manifestation nationale à Paris « pour la Victoire du vote NON » au projet de constitution européenne où il prendra la parole.

Le 16 octobre 2005, il est un des initiateurs avec des militants de toutes tendances de la « 1 ère convention nationale pour la défense des services publics et des 36 000 communes, la reconquête de la démocratie politique et la rupture avec l’Union européenne. »