SACD



Qu’est-ce que la culture ?
« L’ensemble des connaissances acquises qui permettent de développer le sens critique, le goût, le jugement » dit le petit Robert.
Ce site permet de confronter les idées des différents candidats, de débattre du programme culturel, de s’exprimer sur ce sujet essentiel.
Il n’y a pas de démocratie sans culture. Il n’y a pas de culture démocratique sans une véritable volonté politique au plus haut niveau.

Sophie Deschamps - Présidente de la SACD


 
Sondages
Faut-il réformer la politique du spectacle vivant ?
Oui
Non


Résultats

Voir tous les sondages


Edito

Les sujets:


Accéder aux Forums


78 ans, président du Front national. Déjà 4 fois candidat

CULTURE


A) CONSTAT
Les arts et notre langue forment une dimension essentielle de notre identité. Plus que dans d’autres nations, la Culture est inséparable de l’histoire et du rayonnement de la France. Le ministère de la Culture a toujours été choyé par les gouvernements de droite comme de gauche, mais en faveur de quels résultats tangibles ? Des menaces pèsent sur notre patrimoine et sur notre vie culturelle, de plus en plus d’acteurs
le disent et le dénoncent :
- Trop fréquemment notre vie culturelle souffre d’opacité et de clientélisme et ne sait pas se mettre suffisamment à l’écoute des goûts du public.
- La démocratisation culturelle est en panne, l’État raisonne trop en termes d’offre et ne tient pas suffisamment compte des attentes des Français qui, les statistiques le prouvent, se rendent à peine plus nombreux qu’il y a trente ans au théâtre, au concert ou n’achètent de livres.
- L’État est coupable d’abandon de patrimoine, de nombreux monuments historiques sont dans un état déplorable. Des pans entiers de notre patrimoine littéraire, théâtral, musical, ou régional ne sont plus défendus.
- L’exception culturelle est menacée par les politiques mondialistes et nécessite plus d’équité dans son fonctionnement.


B) MESURES
1) Des réformes et une nouvelle ambition pour la Culture sont nécessaires, notre action s’articulera autour de quatre axes :
Télécharger le PDF[ lire la suite ]
Source : phttp://www.lepen2007.fr/pdf/Programmejmlp2007.pdf




CULTURE


Le constat de la situation de la culture en France :
Télécharger le PDF[ lire la suite ]
Source : http://www.philippeherlin.com/cap.htm
Jean-Marie Le Pen est né le 20juin 1928 à la Trinité sur Mer dans le Morbihan. Il est le fils de Jean Le Pen, patron pêcheur, et d'Anne-Marie Hervé, couturière et fille de paysans. Le mot pen signifie en breton : " tête ". Jean-Marie Le Pen a été pupille de la nation après le décès de son père, dont le bateau a heurté une mine.

Il est diplômé d'études supérieures de sciences politiques et licencié en droit. Il a été Président des étudiants en droit de Paris puis, par la suite, Président d'honneur de la " Corpo ". Le mémoire pour le diplôme d'études supérieures de sciences politiques, rédigé en 1971, présenté par Jean-Marie Le Pen et Jean-Loup Vincent s'intitule Le courant anarchiste en France depuis 1945.

Il fut un temps vice-président du Comité Pierre de Coubertin et exerce les métiers de marin-pêcheur, mineur de fond, métreur d'appartements, ambulant des PTT... En janvier 1953, il prend l'initiative d'organiser une colonne de secours d'étudiants volontaires pour porter assistance aux populations sinistrées lors d'inondations aux Pays-Bas. Il reçoit pour cette initiative l'appui publique et politique de Vincent Auriol, Président de la République. Il sert comme officier dans le 1er Bataillon étranger parachutiste en Indochine (sous-lieutenant). Il y est entre autre journaliste à Caravelle, l'organe du corps expéditionnaire français (1955). Repéré par Pierre Poujade, il devient en 1955 le délégué général de l'Union de Défense de la jeunesse française, puis commence sa carrière politique comme député de Paris. C'est aussi cette année là qu'il devient le premier homme politique à faire élire un Français de confession musulmane. à vingt-sept ans, il est le plus jeune député de l'Assemblée nationale. Il quitte néanmoins les bancs de l'Assemblée nationale et se porte volontaire pour rejoindre, en tant que soldat, les contingents français lors des guerres d'Indochine et d'Algérie. Il participe plus tard à l'opération franco-britannique de Suez. Décoré de la Croix de la valeur militaire, il devient en 1957 secrétaire général du Front national des Combattants (FNC). L'année suivante, il est réélu député de Paris Ve et adhère au groupe parlementaire du Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP) présidé par Antoine Pinay. Il est à cette époque rapporteur du budget de la Guerre à l'Assemblée Nationale et de la défense au Sénat de la communauté. Dès cette époque, son engagement politique est fondé sur l'amour du peuple et de la patrie.

Il devient le directeur de campagne de Jean-Louis Tixier-Vignancourt, candidat à l'élection présidentielle de 1965. En 1972, il fonde le Front national et continue " le combat pour la France ". Les résultats électoraux du Front national sont en hausse depuis les élections municipales de 1983, particulièrement à Dreux.

Fin 1998, une scission avec Bruno Mégret handicape le Front national : il perd la moitié de ses cadres et des milliers d'adhérents. Le FN chute à 6% aux élections européennes de 1999, avant que Jean-Marie Le Pen ne crée la surprise en arrivant au second tour de l'élection présidentielle en 2002.

Source : http://www.lepen2007.fr/blog/index.php?bio